image2

TÉMOIGNAGES PERSONNELS ET NON CENSURÉS DE DOMINIC LACROIX SUR SON ENFER JURIDIQUE CONTRE L’AMF ET RCGT

Bienvenue

Vous trouverez sur mon site internet mes témoignages non censurés, des révélations et des mises à jour à propos de l'enfer juridique que je vis depuis maintenant plus de 2 ans. Un combat tout à fait déloyal contre l'Autorité des marchés financiers et la firme de comptable Raymond Chabot Grant Thornton.

Témoignages

L'enfer juridique depuis...

Témoignage #1

L’enfer juridique

19 juin 2019


* AMF = Autorité des marchés financiers

* RCGT = Raymond Chabot Grant  Thornton


La vraie histoire méconnue du public à propos de l'enfer juridique que je vis depuis maintenant plus de 2 ans. 


Ce témoignage provient de Dominic Lacroix, il s’agit d’un cri du cœur afin d’informer correctement la population à propos de la saga judiciaire à laquelle je fais face depuis maintenant plus de 2 ans et qui à tout détruit sur son passage. Mon témoignage sera divisé en 3 parties qui parleront toutes d’un sujet précis. Le premier expliquera l’enfer juridique que je vis depuis 2 ans. Un combat tout à fait déloyal dans lequel je n’ai d’autre choix que de tenter de rester debout. Par la suite, j’expliquerais tous les dommages et préjudices que j’ai subis, la perte de mes entreprises, amis, familles et avenir qui en résulteront en une énorme poursuite en dommage et intérêt! Le troisième témoignage expliquera en détails le "avant" la poursuite, ce que mes entreprises faisaient et ce qui était prévu dans l'avenir pour le PlexCoin.


Il faut comprendre que je ne cherche pas à faire pitié à travers ce témoignage, mais à relater des faits importants qui sont méconnus du grand public. Je vous montre l’autre côté de la médaille.


Je fais face depuis plus de 2 ans à ce que plusieurs décriraient comme le combat d’une vie. Un combat tout à fait déloyal contre l’Autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que contre la firme de comptable Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT) qui ironiquement, était mes comptables depuis plusieurs années dans mes entreprises et même pour moi personnellement avant qu’ils ne soient engagés par l’AMF afin de contourner une loi et m’attaquer déloyalement, mais, nous y reviendront.


Tout a commencé durant l’été 2017 lorsqu’un huissier s’est présenté à mon bureau chez DL Innov Inc. (Une de mes entreprises à l’époque) pour me remettre une ordonnance ex-parte. Une ordonnance ex-parte est un jugement d’un juge qui nous oblige ou empêche de faire quelque chose sans que l’on ait eu le droit de se défendre et/ou de faire valoir notre droit. Dans mon cas, cette ordonnance stipulait qu’à partir de maintenant, je n’avais plus le droit de dépenser le moindre montant d’argent directement ou indirectement. Qu’est-ce que ça veut dire? Cela voulait dire, plus le droit de payer mes fournisseurs, ni mes 40 employé(e)s, ni le propriétaire de mon local à l’époque. Cela voulait aussi dire, plus le droit de payer mon cellulaire, mon hypothèque, mon épicerie, interdit de m’acheter du linge ou même de mettre du gaz dans ma voiture (que je ne pouvais plus payer non plus).


Tous mes comptes bancaires d’entreprise et personnel ont été gelés, mes cartes de crédit annulé. L'ordonnance de blocage est tellement large qu’elle interdit également à quiconque de m’aider. Par exemple, ma famille n’a pas le droit de me prêter 100$ pour faire l’épicerie. Je n’avais pas le droit non plus de vendre quoi que ce soit, par exemple si j’avais voulu vendre un bien qui m'appartenait pour avoir de l’argent pour manger… Interdit! Je parle au passé, mais je devrais parler au présent, car cette ordonnance de blocage est toujours en vigueur depuis maintenant plus de 2 ans. Le seul moyen possible de pouvoir modifier ces ordonnances de blocage aurait été de se présenter en cours, ce qui aurait coûté de l’argent, que je n’avais pas le droit de dépenser. Même si j’avais réussi à trouver un moyen d’aller en cours, rien ne m’assurait que j’aurais gagné puisque c'était cette même cour qui avait créé ces ordonnances de blocage. Comment fait-on pour vivre avec des ordonnances aussi sévère et large? Cela ne va pas à l'encontre des droit et liberté de la charte canadienne? 


Les gens me disent, mais pourquoi ne vas-tu pas travailler, disons chez Tim Horton? N’oubliez pas que l’ordonnance m’interdit également de m’ouvrir tout nouveau compte bancaire et/ou de posséder tout argent de quelque provenance que ce soit. Donc impossible pour moi de travailler, de recevoir du chômage ou de l’aide sociale.


Suite à cette ordonnance, une perquisition extrêmement agressive et traumatisante fut faite à mon bureau et à ma résidence simultanément par l'AMF. Mes 40 employé(e)s à l’époque dont certaines étaient enceintes ont été séquestrées dans ma salle de conférence pendant des heures. L’AMF a procédé à des interrogatoires douteuses sur place sans que mes employés puissent être accompagnés d’un avocat. Ils étaient tellement agressifs que certains d'entre eux sortaient de leurs interrogatoires en pleurant. Des menaces de les envoyer en prison leur étaient même faites pour qu’ils parlent, est-ce légal d'après vous? C’était pire qu’un film d'horreur! Ce jour l’à, l’AMF a confisqué les cellulaires personnels de plusieurs de mes employé(e)s et jusqu’à ce jour, ils ne leurs ont jamais redonné!


Deux enquêteurs se sont même présentés à la résidence d’un de mes employés en lui disant que je l’avais licencié (ce qui était complètement faux) uniquement pour le retourner contre moi pour lui soutirer de l’information. Quand je parle de malhonnêteté, c’est ça!


Depuis ce jour, c’est plus 100 visites de huissier qui sont venues à la maison nous signifier des documents. L’AMF nous inonde de procédure judiciaire sachant qu’avec les ordonnances, il est impossible pour nous d’avoir recours à des avocats pour nous défendre.


Qui plus est, bon nombre de ces huissiers ont reçu l’ordre de se présenter à mon domicile à des dates et heures précises. Comme par exemple; avant Noël, avant la Saint-Valentin ou même Pâques, le vendredi avant les week-ends de trois jours, etc. Pour ceux qui n’ont jamais reçu de visite de huissier à la maison, je vous assure que c’est une expérience très stressante et difficile à accepter. Cette méthode était utilisée pour tenter de démolir un peu plus à chaque fois mon moral. Ce sont des techniques d’intimidation et d’humiliation.


Une autre technique est l’abus de procédure. La technique est simple, l’AMF vous bombarde de procédure judiciaire de toute sorte afin de vous écraser et vous décourager. C’est ce que je vis depuis 2 ans!


Une autre technique utilisée, les articles dans les médias le jour même ou la veille de ma présence en cours. Durant les 2 dernières années j’ai dû me présenter souvent en cours pour tenter de me défendre et à chaque fois, le jour même où la veille il y avait un article dans les médias importants au Québec à propos de moi, des articles qui contenait des informations qui provenaient de l’AMF et qui n’était pas encore connu du public, des articles avec des titres accrocheurs, mais complètement faux et diffamatoires pour retourner le jugement de la population contre moi et miner mon moral avant ma présence en cours. Quel genre de titre ? Lacroix le fraudeur, Dominic Lacroix l’accusé, le couple de fraudeurs de Québec, Lacroix est recherché par la police, etc. Fait important à noter, depuis le début de ma saga judiciaire je n’ai JAMAIS été accusé et encore moins déclaré coupable alors comment est-ce possible que les médias me traitent de fraudeur? D’accusé et même de recherché? Pourquoi vous ne les avez pas poursuivis en justice me direz-vous? Et bien eux aussi étaient au courant de mes ordonnances de blocage, ils savaient donc très bien que je n’avais aucun moyen de les poursuivre pour diffamation par manque d'argent.


De plus, dans bon nombre de ces articles, une photo de ma maison avec l’adresse de celle-ci était publiée. Des centaines de curieux sont venus rôder autour de la maison à cause de cela, j’ai reçu depuis 2 menaces de mort en personne, menaces qui ont été prises au sérieux et pour lesquelles des plaintes ont été déposées à la police. Des gens ont aussi fracassé 2 fenêtres de ma maison avec des roches. Quelle était l’utilité de donner mon adresse résidentielle publiquement dans les journaux avec photo sauf si ce n’était que pour espérer ce qui est arrivé?


Durant l’été 2018, mon avocat a reçu un appel d’un enquêteur de la police. Je devais me rendre au poste de police immédiatement car l’AMF avait déposé une plainte d’entrave à une enquête. Je me suis donc présenté au poste de police et j’ai passé la nuit en prison. Les enquêteurs m’ont interrogé le lendemain et on m’a conduit à la prison la plus près en me disant que j’allais rencontrer un juge pour savoir si j’allais être relâché ou pas. À ce moment, je n’avais aucune idée de qu’est-ce qui se passait et pourquoi l’AMF avait fait une plainte à la police. Finalement, je n’ai jamais rencontré de juge, la police m'a libérée le lendemain, ils ont saisi mon passeport et m’ont dit que je n’avais pas le droit de sortir de la ville de Québec jusqu'à ce que l'enquête soit terminée. Et bien l'enquête s'est terminée 3 mois plus tard sans aucune accusation. J’ai reçu mon passeport après d’innombrables requêtes (6 mois plus tard). J’ai donc été contraint de rester dans la ville de Québec pendant plusieurs mois (durant l’été 2018) pour absolument rien. Une autre tactique de la part de l’AMF pour écraser mon moral? Probablement!


Le pire est à venir!


L’AMF a des pouvoirs d’enquête très large, ce qui est compréhensible, car ils ont un travail à faire, mais leurs pouvoirs ne peut forcer la personne envers qui ils enquêtent à répondre à leurs questions, c’est à eux de faire la preuve de ce qu’ils affirment. 


Après 1 an et demi d’enquête et toujours aucun avancement, l’AMF a réussi à contourner la loi et à nommer un administrateur provisoire dans le dossier. Ils ont choisi la firme de comptable Raymond Chabot Grant Thornton qui était encore mes comptables à l’époque. Comment j’ai appris cela? Par une visite de huissier à 23h le 5 juillet 2018. Moi et ma conjointe étions couchés pour la nuit quand quelqu’un cogna à la porte. C’était un huissier. Normalement, les huissiers ont des heures à respecter. Ils ne peuvent pas se présenter si tard le soir alors c’était étrange! Il m’a remis une brique de document d’environ 2000 pages et a quitté. Moins de 1 minute plus tard, 5 personnes cognèrent à ma porte, la rue en face de ma résidence était remplie de voiture de police, environ 8 à 10 véhicules de police avec les gyrophares allumés, en pleine nuit! Encore une fois, digne d’un film d’action! J’ai ouvert la porte et c’étaient des gens de chez Raymond Chabot Grant Thornton, ils ont été engagés par l’AMF pour enquêter sur moi sans toutes les restrictions que l’AMF avait. Tout cela était écrit à travers les 2000 pages que je venais tout juste de recevoir, mais que je n’avais manifestement pas eu le temps de lire.


Les gens de chez Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT) sont entrés dans ma maison et ont commencé à fouiller partout, ils ont même fouillé dans l'urne qui contenait les cendres de mon chien décédé, mais quel manque de respect! ils ont saisi tous mes ordinateurs, mon argent de poche, mes cartes de crédit, une bague en or, mon cellulaire, iPad, même ma collection d’argent que j’avais reçu en héritage. La perquisition a duré 5 heures et s'est terminée à 3h du matin. Parmi les 2000 pages, il était aussi mentionné que je devais me présenter en cours le lendemain matin à 9h. Sachant que mon avocate à ce moment qui m’aidait gratuitement résidait à Montréal qui est à plus de 3h de route de Québec. Il était quasiment impossible qu'elle puisse être présente en raison des courts délais.


Contrairement à l’AMF, RCGT peut m'interroger et je n’ai pas le choix de répondre, ils peuvent interroger qui ils veulent, ou ils veulent et quand ils le veulent. Même chose pour les perquisitions, ils ont le droit de saisir n’importe quoi, n’importe où, n’importe quand et à n'importe qui et ce même en dehors des heures normales (9h à 5h). Les pouvoirs qu’ils ont reçus sont immenses, cela ne s’est jamais vu!


Alors l’AMF continue son enquête à travers RCGT à qui je dois répondre à chaque fois qu’ils me posent des questions, ce que l’AMF n’aurait pu faire. RCGT donne ensuite mes réponses à l'AMF.


Deux énormes problèmes doivent être divulgués à propos de RCGT.


  • Ils étaient mes comptables, ils étaient au courant de tous mes avoirs, tous mes projets ils m’ont aidé à créer plusieurs de mes entreprises, ils m’ont conseillé à propos de ma fiducie ils ont même pris part à la réunion d’orientation que j’ai faite avant de lancer le projet PlexCoin. Ils étaient présents avec mes avocats, ils savaient tout. Ceci est un énorme problème de conflit d’intérêts. Ils n’avaient pas le droit d’accepter le mandant de l’AMF en raison des liens qui nous unissaient. C’est extrêmement grave!


  • Dans le dossier PlexCoin, l’AMF a saisi plus de 9 millions de dollars provenant entre autres des acheteurs de PlexCoin, ce qui est amplement suffisant pour rembourser la totalité des acheteurs s’ils le voulaient et ils continuent depuis 2 ans à essayer de trouver encore plus d’agents, ils fouillent et fouillent! Le problème? C’est que Raymond Chabot Grant Thornton a été autorisée à faire son enquête, à engager le nombre de gens et de spécialistes qu’ils voulaient, et tout ça en se payant à même les sommes saisis. Ils ont à ce jour dépensé plus de 1.5 million de dollars qui a été pris directement à même le 9 millions de dollars saisis et leur enquête n’est pas terminée, ils continuent de dépenser l’argent saisi! Ils vont arrêter quand? Quand il n’y aura plus d’argent à dépenser? Ils ont récemment dépensé des centaines de milliers de dollars en recherche et enquête afin de tenter de récupérer de l’argent qu’ils disaient être en ma possession, mais qui n’était finalement pas le cas. Je leur avais dit dès le début que les Bitcoins qu’ils avaient trouvés dans un portefeuille n'étaient pas à moi, mais ils ont préféré enquêter et dépenser énormément d'argent jusqu'à ce que le vrai propriétaire vienne en cours pour confirmer au juge qu’il était bien le propriétaire de ces bitcoins et qu’ils ne m’appartenaient donc pas. Combien y avait-il d'argent dans ce portefeuille? 1000$ environ! Ils ont donc dépensé des centaines de milliers de dollars pour essayer de récupérer 1000$. Où est la logique?


RCGT a même, dernièrement, saisi de l'équipement de minage de cryptomonnaie qui ne m’appartenait pas, à des gens que je connais en prétendant que c'était à moi. Ces équipements n’ont toujours pas été remis à leur propriétaire, les dommages et les pertes monétaires pour eux à cause de cela sont énormes!


Depuis 2017 que je veux rembourser les gens qui ont acheté des PlexCoin en contravention aux termes et conditions de vente, ce qui veut dire les acheteurs provenant du Québec et des États-Unis, mais l’AMF n'a jamais voulu, "ce n’est pas urgent" qu’ils m'avaient répondu à l'époque et maintenant, ils sont en train de toute dépenser l'argent et au final, tout le monde perdra tout par leur faute car il ne restera plus rien?


Ce ne sont là que quelques manœuvres malhonnêtes utilisées par l’AMF dans ce dossier.


En résumé, ils ont coupé toutes possibilités pour moi de me défendre avec des ordonnances de blocage, ensuite ils m’inondent de procédure judiciaire pour m'écraser et me faire craquer. Suivi d’une enquête interminable sans aucune accusation qui ne mène à rien et pour finir, la nomination d’un administrateur provisoire Emmanuel Phaneuf de chez RCGT dans le dossier pour contourner leurs pouvoirs d'enquête et m’intimider moi, mes amis et ma famille à travers une multitude de procédures et d'interrogatoires interminables qui ne mène a rien sauf a dépenser tout l’argent qu'ils ont saisi.


Je n’ai pas parlé de mes entreprises Micro-Prêts, FinaOne, Interaxe, Gestio et DL Innov. Tous des entreprises qui ont été détruites par ces ordonnances. Des entreprises qui fonctionnaient parfaitement, certaines depuis plus de 9 ans. Dans lesquels j’avais plus de 40 employé(e)s. J'y reviendrais dans mon prochain témoignage, car il en reste beaucoup à dire.


Voilà en quelque ligne ce à quoi je dois faire face chaque jour de ma vie depuis 2 ans. C’est un cauchemar qui ne finit plus et qui me cause énormément de stress, d’anxiété et d’angoisse en plus de la dépression et des problèmes de santé, c'est inhumain. Au moins, si je peux informer la population du dossier, je ne serais plus le seul en colère contre eux. Il faut que les manœuvres malhonnêtes cessent. Ils doivent faire leur travail, mais correctement!


Je ne suis pas le seul qui subit l’acharnement de l’AMF. Le web est rempli de dossier dans lesquels l’AMF agit de la sorte. En voici 2 parmi tant d’autre :


https://www.conseiller.ca/nouvelles/industrie/un-investisseur-damaya-poursuit-lamf/


https://www.tvanouvelles.ca/2019/03/26/lex-roi-du-poker-en-ligne-poursuit-lamf-pour-2-m


Dans mes prochains témoignages, j’expliquerais ce que j’ai perdu depuis les 2 dernières années, ce que mes amis et famille ont perdu dans le dossier Micro-Prêts, ce que les acheteurs de PlexCoin ont perdu, ce que mes 40 employé(e)s ont perdu! Un dommage immense qui ne se remplacera jamais. 9 ans de travaux acharnés à construire des entreprises détruites en 1 journée. Mon nom est également détruit, un nom, nous en avons qu’un seul. Tout cela expliquera la raison de la poursuite en dommage qui sera intentée contre l’AMF et RCGT. Probablement l'une des plus importantes poursuites d’un particulier envers eux de l'histoire.


Je terminerais dans mon 3ième témoignage en vous expliquant le fonctionnement des entreprises que j’avais, qu’est-ce que je faisais et pourquoi je le faisais. Certaines de ces entreprises qui ont été démarrées il y a 9 ans avec l’argent de poche obtenu en vendant mon véhicule à l'époque et qui comptaient plus de 50 000 clients en 2017. Elles étaient en croissances exponentielles, passant de 3 à 40 employés en moins de 18 mois.


Si vous avez des questions ou des commentaires, je mets à votre disposition mon adresse courriel, je vous lirais tous sans exception : 


media.dlacroix@gmail.com


Merci pour votre temps,

Dominic

Témoignage #2

Les dommages et préjudices

27 juin 2019

 

* AMF = Autorité des marchés financiers

* RCGT = Raymond Chabot Grant  Thornton


Les pertes et dommages liés à cette histoire aussi bien pour moi que pour les gens qui avaient confiance en moi. 


Deux points importants avant de commencer :


Tout d’abord, j’aimerais remercier tous ceux qui m’ont écrit à la suite de mon premier témoignage, j’ai reçu un nombre impressionnant de courriels d’encouragement et c’est avec plaisir que j’ai répondu à chacun d'eux.


Deuxièmement, je suis heureux de vous informer que nous avons conclu un règlement préliminaire avec le personnel de la Securities and Exchange Commission (SEC) que nous avons signé hier, le 25 juin. Cette entente sera soumise pour approbation à la direction de la SEC qui devrait se faire d’ici quelques semaines. S’il est approuvé, cela mettra fin au dossier juridique. Nous serons alors très heureux d’avoir enfin résolu nos différends avec nos voisins du Sud.


---


Dans ce deuxième témoignage en lien avec le dossier juridique contre l’Autorité des marchés financiers (AMF) qui dure depuis maintenant plus de 2 ans, j'expliquerai ma version des faits sur ce qui touche les pertes importantes occasionnées par ce dossier. Pas seulement les pertes matérielles, mais aussi les pertes de confiance, d’amis, de lien d’affaires, etc. Sans oublier la plus importante, la perte de certain membre de la famille.


Les dommages n'affectent pas uniquement moi, mais aussi tous les gens qui étaient dans mon entourage, ceux qui me faisaient confiance, ceux qui ont essayé de m’aider. Les dommages occasionnés par les actions de l’AMF n’ont épargné personne!


Il est extrêmement difficile de nos jours de ne pas se laisser biaiser par les médias qui sont présents partout. Un jugement est si facilement influençable quand on ne présente qu’un seul côté de la médaille.


Lorsque nous lisons un article dans un média à propos d’une personne que l’on ne connait pas, sur le coup, nous pouvons être choqués, mais cela passe très rapidement, car des articles de média nous en lisons pleins à tous les jours. Mais quand on connait la personne dans l’article en question, cela est très différent!


Si vous êtes allés à l’école avec cette personne ou même si vous l’avez juste déjà croisé dans une fête, vous aurez un comportement différent, vous partagerez probablement la nouvelle avec tous vos amis qui eux feront de même en vous faisant une idée basée sur ce qui est écrit dans l’article sans avoir la version de cette personne.


Où est-ce que je veux en venir avec cela, c'est que ces partages et commentaires négatifs n’affectent pas seulement la personne en question dans l’article, mais aussi toute sa famille, ses amis, ses relations d’affaires, son employeur, etc. Tous ces gens qui tenteront probablement de défendre cette personne se retrouvant ainsi dans une position plutôt inconfortable et dure à gérer.


Les dommages et préjudices de mes entreprises


En ce moment même, je n’ai plus aucune entreprise. Tous ont été fermés ou mis en faillites. C’est 5 entreprises qui étaient toutes sur une bonne lancée, des entreprises prometteuses qui employaient plus de 40 personnes de Québec. Toutes des personnes avec des familles et qui aimaient leur travail!


Lorsque j’ai reçu l’ordonnance ex-parte en juin 2017 m’ordonnant de ne plus dépenser le moindre sou, la première pensée que j’ai eue a été pour mes employé(e)s. Mais comment vais-je faire pour les payer? Pour leur donner leur 4%, leurs vacances? Comme je l’ai dit plus tôt, certaines d’entre elles étaient enceintes, d’autre en cours de déménagement. J’avais sous mon aile tous ces gens que je respectais énormément, qui me faisaient confiance et qui comptaient sur leur paie pour faire vivre leurs familles.


Dès le lendemain, j’ai écrit une lettre à l’AMF pour leur expliquer la situation avec mes employés, mais rien à faire, ils ne voulaient rien entendre! Qui plus est, ils ne croyaient même pas que chez DL Innov il y avait 40 employé(e)s!


Pourtant notre adresse était publique, nous étions dans un bureau de 10 000 pieds carrés sur le boulevard Lebourgneuf à Québec, qui est si je ne me trompe pas, à moins de 10 minutes des bureaux de l’AMF. Ils auraient pu venir constater par eux même non?


DL Innov était ma compagnie de gestion, ce qui veut dire que 100% de mes employé(e)s était à l’emploi de DL Innov et mes autres entreprises était détenu par DL Innov.


Nous parlons ici de Micro-Prêts, FinaOne, Gestio et Interaxe, tous des entreprises en fonction et qui n’avaient absolument rien à voir avec le projet de cryptomonnaie PlexCoin.


Toutes ces entreprises ont été forcées de mettre la clef sous la porte en raison de ces ordonnances de blocages.


Les chiffres qui suivront sont approximatifs et divulgués selon mon souvenir, il se peut que les chiffres réels, d'ont je n'ai plus accès, soient légèrement plus bas ou plus élevés.


Une des entreprises dont il est important de parler est Micro-Prêts. Une compagnie de courtier en prêt personnel qui était en opération depuis 9 ans à l’époque, qui comptait plus de 50 000 clients dans la province de Québec. Tous des clients satisfaits des services qu'ils recevaient. Moi et mes employé(e)s étions fiers de cette entreprise qui aidait à sa façon ses clients.


Micro-Prêts aidait ses clients en leur octroyant de petits prêts personnels de 500$ remboursable sur 3 mois en urgence pour des imprévus. Lorsque l’enfer a commencé en juin 2017, l’entreprise avait plus de 12 millions de dollars en compte recevable. De l’argent que les clients nous payaient religieusement tous les jeudis de chaque semaine par prélèvement bancaire. Les ordonnances de juin avaient aussi été envoyées aux banques avec lesquelles je faisais des affaires et ils ont tous été obligés de geler les comptes bancaires de mes entreprises. Ce qui voulait dire, impossible de retirer de l’argent pour payer mes employé(e)s, mais aussi impossible de déposer l'argent de mes clients!


Le problème? Qu’est qu’on fait avec ces 12 millions de dollars qui sont dus à la compagnie? Dans la lettre adressée à l’AMF envoyée à la suite de la réception des ordonnances, nous les avons suppliés de laisser un compte bancaire ouvert en mode "dépôt" seulement afin que nos clients puissent au moins rembourser leurs prêts et ainsi pouvoir collecter l’argent de nos clients sans pouvoir le retirer, mais la réponse de l’AMF fut très brève "Vous n’avez aucun client" !! Quoi ?!


Nous avons donc sorti la liste de nos 50,000 clients avec leur prénom, nom, numéro de téléphone, nous avons bien sécurisé le tout et envoyé une copie à l’AMF pour qu’ils puissent en prendre connaissance, mais leur réponse a été tout aussi étonnante et frustrante que leur première réponse "Vous avez inventé cette liste".


Alors j’aurais, selon leur dire, inventé 50,000 prénom, nom et numéro de téléphones en quelques heures? C’était absurde. Chacun de nos clients signait un contrat avant de recevoir leurs argents. Il était alors facile de valider les informations que je leurs avais envoyées s’ils l'avaient voulu.


Conséquence? Nos clients n’ont JAMAIS eu la possibilité de rembourser leur dû et la compagnie a perdu des millions de dollars par la faute de l’AMF qui n’a jamais voulu nous croire. Encore aujourd’hui, aucun de mes anciens clients n’a pu rembourser leurs prêts.


Je demandais seulement à avoir un compte bancaire en mode "dépôt" pour permettre à nos clients de nous rembourser. Je ne comprendrais jamais pourquoi cette demande ne m'a jamais été accordée.


Ceci est un dommage très important qui en a occasionné un encore plus grand!


Lorsque j’ai lancé Micro-Prêts en 2008, je n’avais pas d’argent, aucune banque ne voulait m’aider, j’étais le premier dans la province de Québec à vouloir offrir ce genre de service. J'aurais moi-même eu besoin d'un service semblable quelques années plus tôt, mais suite à quelques recherches, à l'époque, cela n’existait pas.


J’ai donc dû vendre le seul bien que j’avais en ma possession et qui avait une certaine valeur. Un véhicule de 5000$ que j’aimais beaucoup à l’époque.


J’ai lancé ma première entreprise avec ce 5,000$ et j’ai donc octroyé 10 prêts de 500$ à des gens qui en avaient besoin. Je suis monté ainsi de 10 clients et 0 employé à 50,000 clients et 40 employé(e)s en moins de 9 ans sans aucune aide bancaire.


Après quelques années la demande était tellement forte pour mon service de prêt personnel que j’ai tenté d’approcher les banques pour avoir un prêt et ainsi augmenter mon fonds de roulement, mais j’étais un petit compétiteur pour eux alors ils ont tous refusé mes demandes. C’est après ces refus que ma famille et mes amis m'ont proposé de m’aider!


Ces personnes ont eu confiance en moi et mon entreprise. Ils ont prêté de l’argent à Micro-Prêts afin de permettre à celle-ci d’augmenter son nombre de clients et d'accélérer sa croissance. L’entreprise leur donnait en échange un très intéressant rendement allant de 15% à 40% d’intérêt! C’était énorme oui! Mais l’entreprise faisait beaucoup d’argent alors pourquoi ne pas en faire profiter à ceux qui rendaient cela possible?


L’entreprise n’a JAMAIS été en retard sur aucun des paiements d’intérêt qu’elle devait et elle remboursait ceux qui désiraient être remboursés jusqu’à ce fameux jour de juin 2017.


Depuis ce jour, l’entreprise n’a jamais pu payer ses intérêts et encore moins rembourser les gens qui lui avaient fait confiance, qui m’avaient fait confiance. Mes amis, ma famille!


C’est plus de 5 millions de dollars qui étaient dus à près de 50 personnes (famille, amis, entreprises) qui a été perdu. Certaines de ces personnes avaient mis tout ce qu’ils avaient dans cette entreprise. Tous vous le diront, avant juin 2017, tout allait bien, ils recevaient leurs intérêts sans problème et tout le monde était heureux!


Certaines de ces personnes ont dû faire faillite, plusieurs d’entre elles ne me parlent plus, ils sont fâchés, ils sont en colère et je les comprends! Mais ce qu’il faut comprendre c’est que si l’AMF avait accepté ma demande d’avoir un compte bancaire pour collecter les sommes dû. TOUS auraient déjà été remboursés, tous sans exception et depuis longtemps.


Tout ce que je voulais c’était que toutes ces personnes puissent au moins recevoir leur dû.


Eux ils ont tous perdu, moi j’ai perdu 50 personnes qui étaient importantes pour moi, qui me faisaient confiance, qui m’épaulaient dans mes projets, la confiance des gens ça ne s'achète pas. C’est extrêmement grave!


Les dommages et préjudices des acheteurs de PlexCoin


Depuis les dernières années, plusieurs articles de média parlent de moi comme étant une personne avec un niveau de vie élevé, avec une grosse maison, de belles voitures et que cela avait tout été acheté avec l’argent fait dans le dossier PlexCoin.


Ce qu’ils ne disaient pas c’est que cette maison et ces voitures avaient toutes été achetées AVANT même que je pense au projet PlexCoin. Oui, j’avais de l’argent avant PlexCoin, j’ai travaillé très fort pour le gagner. J’ai sacrifié 9 ans de ma vie à travailler 100 heures par semaine dans mes entreprises.


Alors il est normal pour les lecteurs d’être en colère quand ils voient les articles ou les allégations de l’AMF qui dit que j’ai encore plein d’argent. Les articles qui montrent ma maison sans donner les vrais détails! Comme toute entrepreneur, j'ai commencé au bas de l'échelle avec un salaire médiocre et j'ai grimpé avec les années.


J’ai eu l’idée de lancer la cryptomonnaie PlexCoin peu de temps après mon intérêt pour le Bitcoin et sa technologie. Un entrepreneur c'est une personne qui détecte un problème ou un besoin et qui crée une solution! Je trouvais, en 2016, qu’il était compliqué pour quelqu’un d’acheter de la cryptomonnaie. J’ai donc décidé de créer ma propre cryptomonnaie et de la rendre plus facilement accessible à l’achat et l’utilisation.


Nous avons travaillé fort afin de développer ce projet, j’ai rencontré mes avocats, j’ai rencontré mes comptables, mes fiscalistes, conseillers financiers, stratèges. Tous provenaient de chez Raymond Chabot Grant Thornton, exceptée pour les avocats, afin de lancer le projet parfait!


Je ne peux élaborer plus sur ce sujet en ce moment en raison de l’enquête de l’AMF qui est toujours en cours. Je peux tout de même vous faire part des dommages encourus.


Les dommages?


Le PlexCoin qui était vendu à la base à 0,13 $ chacun a vu sa valeur sur le marché monté jusqu’à 0,81 $ avant que tout s'effondre en raison des procédures de l’AMF. Nous avons essayé de maintenir et de développer le projet le plus longtemps possible (même si cela ne nous apportait pas le moindre revenu supplémentaire), mais mes employés à l’époque sur le projet avaient tous reçu une mise en demeure de l’AMF qui les interdisaient de travailler sur le projet PlexCoin, à défaut de quoi, ils pourraient être poursuivis en justice. C’est à partir de ce jour que le projet s'est éteint.


La valeur du PlexCoin a chuté et se chiffre aujourd’hui à environ 0,003 $ chacun. Certains acheteurs ont eu le temps de vendre leurs PlexCoin avant la chute, d’autres ont pu être remboursés par leur banque, mais les autres ont tout perdu.


Deux points qui sont importants dans ce dossier et que peu de personnes connaissent. 


  • Après la fin de la prévente en 2017 nous avons demandé à l’AMF, qui avait gelé nos comptes, l'autorisation de rembourser les acheteurs du Québec, car il leur était interdit d'acheter des PlexCoin comme il était mentionné dans les termes et conditions, mais leur réponse a été catégorique "Non, rien ne presse". 2 ans plus tard, ces personnes n’ont toujours pas été remboursées.


  • Lorsque j’ai été forcé de remettre les 420 Bitcoins que j’avais en ma possession le 6 juillet 2018 devant la cour, j’avais une seule demande, ne pas les vendre! Les laisser dans un portefeuille sécurisé en attendant la fin des procédures. Dans mon souvenir, on m’avait confirmé que ces 420 Bitcoins ne seraient pas vendus. Mais voilà qu’environ 3 semaines plus tard, Emmanuel Phaneuf, l’administrateur provisoire de chez Raymond Chabot Grant Thornton a réussi à convaincre le juge que le Bitcoin allait chuter et qu’ils allaient perdre toutes leurs valeurs. Ils ont donc procédé à la vente en bloc des 420 Bitcoins qui a donné un montant d’environ 4,410,000$ (420 X 10,500$). Je n’étais pas du tout d’accord avec cette action!


Le problème?


Au moment d'écrire ces lignes, le Bitcoin à une valeur de 18,000$, ce qui donnerait un montant de plus de 7,560,000$ pour ces mêmes 420 Bitcoins que j’avais spécifiquement demandé de ne surtout pas vendre. Une perte non négligeable de 3,150,000$ qui continue d’augmenter d’heure en heure.


Dommages et préjudices personnels


Moi et ma conjointe avons également tous perdu depuis 2 ans, maison, voiture, assurance, notre dossier de crédit est détruit, tous nos biens sont saisis, comptes bancaires, cartes de crédit, nous n’avons plus d’avocat, plus de revenu, etc.


Avant la perquisition à mon domicile en août 2017, j’avais 2 chiens que je considérais comme mes 2 enfants. Mon plus grand, Paco (celui qui est avec moi sur la photo en page couverture de mon site internet), et sa sœur Mika, 2 goldens retriever formidables. La perquisition fut tellement stressante et traumatisante que Paco est tombé gravement malade dans les jours qui ont suivi cette même perquisition et est malheureusement décédé. J’inclus donc la perte de mon Paco qui était en pleine forme (il venait tout juste d’avoir 7 ans) au dommage relié à tout ceci. Ça été l'épreuve la plus difficile de ma vie, ceux qui ont déjà vécu cela me comprendront.


Plusieurs membres de nos familles ont cessé de nous parler et nous ne leur en voulons pas, car eux aussi sont connectés et lisent les articles des médias qui nous ont déjà traités de fraudeurs! Ils ont pris leurs distances, certain jusqu’à ce qu'ils soient au courant de la vérité du dossier et d'autre qui ne sont jamais revenus.


Les dommages matériels c’est tel que tel, oui j’ai travaillé fort pour y arriver, mais rien ne m’empêche de me relever et de recommencer lorsque j’en aurai la possibilité. Ce sera dur de rebâtir notre crédit ou même de se trouver un assureur qui voudra bien de nous comme client par exemple. Ce qui est le plus dur par contre, ce sont les dommages collatéraux, tout le stress que ce dossier nous fait vivre à nous, nos proches et même à nos amis. Ils ne comprennent pas pourquoi ce n’est pas encore fini, pourquoi ça n’avance pas.


C’est pour toutes ces raisons et plusieurs autres que nous prévoyons intenter des actions en justice pour dommages et intérêts contre l’Autorité des marchés financiers (AMF) et Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT). Actions dans lesquelles il sera clairement expliqué que les sommes demandées en dommage seront en premier lieu réservées à nos amis et familles qui ont tous perdu dans la compagnie Micro-Prêts, ils doivent être remboursés comme ils auraient dû l’être depuis longtemps. Les fournisseurs et entrepreneurs qu'on ne peut payer en ce moment doivent également être payés en totalité. Ils ont eux aussi travaillé fort et méritent leurs salaires.


Mes anciens employés méritent également une compensation pour tout ce qu’ils ont vécu.


Dans mon 3ième témoignage j’expliquerai en détail le fonctionnement de chacune de mes entreprises, comment ils ont commencé, pourquoi je les ai créés et quelle étaient leurs avenirs!


Merci encore à tous pour le temps que vous consacrez à me lire.


Je vous invite à partager mon site internet www.dominiclacroix.com l’article média ou la publication Facebook qui vous a mené jusqu’ici.


Si vous avez des questions ou des commentaires, je mets à votre disposition mon adresse courriel, je vous lirais tous sans exception : 


media.dlacroix@gmail.com


Merci pour votre temps,

Dominic

Témoignage #3

Mes entreprises et projets

8 juillet 2019


* AMF = Autorité des marchés financiers

* RCGT = Raymond Chabot Grant  Thornton


L'explication de mes entreprises et projets. Leurs débuts et l'avenir prometteur qu'avait chacune d'elle. 


Encore une fois, j’aimerais avant de commencer remercier tous ceux qui m’ont écrit à la suite de la parution de mon deuxième témoignage. C’est avec plaisir que je réponds à chacun des courriels que je reçois. Vous avez été plusieurs également à inscrire votre adresse courriel afin de recevoir un avis lors des mises à jour de mon site internet. Votre support est grandement apprécié.


Ce témoignage sera assurément moins percutant que mes 2 précédents, mais je crois nécessaire de l’écrire afin de compléter mon "histoire".


Le but étant de démontrer le cheminement en version abrégée de mon parcours d’entrepreneur. D'où je suis parti, comment j’ai eu mes idées d'entreprises et vers où je m’en allais avec eux.


Mon nom est Dominic Lacroix, j’ai aujourd’hui 37 ans et je suis natif de la ville de Sherbrooke dans la province de Québec au Canada. Mes parents ce sont divorcés quand j'avais 7 ans et j’ai un frère qui est âgé de 33 ans.


D’aussi loin que je me rappelle, j’ai toujours eu plein d’idée de projet et d’invention. Même quand j’étais très jeune, j’essayais d’inventer tout plein de choses, je démontais des petits moteurs électriques, je faisais des expériences de transfert d’eau par gravité, j’avais même un système de corde dans ma chambre pour ouvrir les lumières, la porte et la télévision. Je préférais m’isoler pour découvrir et apprendre des choses plutôt que de sortir jouer avec les autres enfants de mon âge.


Vers 5 ou 6 ans, j’avais mon propre bureau dans le sous-sol où je faisais des calculs et où je comptais mon argent. Mon rêve à ce moment-là était d’être un comptable quand j'allais être grand! Plutôt étrange pour un jeune de cet âge-là.


À l’adolescence j’ai commencé à m’intéresser à l’informatique, il faut dire qu’à l’époque, un ordinateur coûtait très cher et ma mère n’avait pas les moyens d’acheter le dernier modèle d’ordinateur (après le divorce de mes parents, j'ai toujours habité avec ma mère). Mon premier ordinateur, si je me souviens bien, a été un IBM 486 avec 16 megs de mémoire vive!


Je passais mon temps devant mon ordinateur, internet n’existait pas encore à l’époque. Je jouais à des petits jeux, j’effaçais le contenu de mon ordinateur et je réinstallais tous les logiciels au moins 2 fois par mois, j’adorais cela.


Ma première "entreprise" fut un BBS (bulletin board system) pour ceux qui ne savent pas ce que c'est, un BBS est un système / logiciel qui était créé et installé sur mon ordinateur. Les gens d’ailleurs dans le monde pouvaient appeler à mon numéro de téléphone de la maison avec leur ordinateur et se connecter sur mon ordinateur. Je mettais à leurs dispositions plusieurs jeux, musiques et fichiers. J’avais quelques dizaines de membres qui payaient, je crois, 5$ par mois pour être abonnés. Je me souviens que je recevais des enveloppes par la poste avec de la monnaie à l’intérieur. C'était comme un mini internet.


Les temps et technologies ont bien changé depuis.


Je n’étais pas le meilleur à l’école, je n’avais pas beaucoup d’amis non plus, je préférais rester à la maison et travailler sur mon ordinateur plutôt que d’aller dans des fêtes d’ami. Je trouvais que l’école au secondaire était inutile. Pourquoi apprendre par cœur des dates importantes du passé comme celle de la Première Guerre mondiale? Ou pourquoi apprendre à faire des divisions mathématiques?


Je voulais tout de même aller au collège en informatique après avoir fini mon secondaire, mais cela coûtait trop cher.


Après mon secondaire, j’ai eu vraiment beaucoup d’emplois. Je ne restais jamais longtemps à la même place, soit parce que je n’aimais pas le type de travail ou parce que je ne gagnais pas assez d’argent. Toutes les raisons étaient bonnes pour me trouver un autre emploi ailleurs.


Je ne me voyais pas travailler à la même place pendant des années à faire toujours la même chose jour après jour. Je voulais créer quelque chose, développer ou améliorer quelque chose et surtout ne pas avoir de "Boss". Mon rêve à cette période de ma vie était d’être mon propre patron et gagner assez d’argent pour en vivre.


Vers 18 ou 19 ans, j’ai commencé à sortir dans les bars et j’avais remarqué très rapidement que les mineurs de 16 ou 17 ans essayaient d’entrer pour s’amuser eux aussi, mais qu’ils leur étaient interdits par la loi. C’est à ce moment que j’ai eu l’idée de trouver un local et de faire un "party" pour ces jeunes qui ne pouvaient pas entrer dans les bars.


J’ai donc loué un grand sous-sol d’église, j’ai engagé un DJ, j’ai engagé 2 personnes pour m’aider, un à la porte d’entrée et l’autre au comptoir à jus à l’intérieur ou je vendais des liqueurs et des croustilles.


J’ai fait des affiches et je suis allé les distribuer dans 2 écoles secondaires de la région.


Ce fut un succès instantané! Le sous-sol que j’avais loué était immense et nous manquions de place, plus de 500 jeunes s’étaient présentés ce soir-là à mon "party". Quand même étrange qu’un gars qui n’avait pas beaucoup d’amis et qui restait enfermé chez lui sur son ordinateur ait réussi à concevoir et faire fonctionner ce petit projet. Il fallait avoir un certain niveau de débrouillardise, j'imagine.


J’avais détecté un problème, j’ai trouvé une solution et en plus, c’était payant!


J’ai fait une deuxième édition, une troisième, etc. les "party" étaient de plus en plus gros. Lors de mon dernier "party", j’avais loué l’aréna principal de la ville de Sherbrooke et mon public cible n’était plus les mineurs, mais les majeures cette fois, tous les cégeps et universités de la région étaient au courant, j’avais des publicités qui passaient à la radio, des bracelets d’entrée faits sur mesure, un permis d’alcool, un partenariat avec les bières Molson, j'avais des navettes faites par des autobus scolaires. C’était immense!


J’ai dû mettre un terme à cette "entreprise" par la suite, car je faisais concurrence directe à tous les bars de la région et j’avais reçu des menaces de leurs propriétaires, je "volais" leurs clients habituels. Je suis resté en bon terme avec chacun d’eux, la preuve, j’ai été portier pendant 2 ans par la suite à la commission des liqueurs à Sherbrooke.


J’étais constamment à l’affût des opportunités, quand j’allais quelque part, je regardais tout en me disant, "Est-ce que je pourrais faire mieux que cela", "Est-ce que je pourrais inventer quelque chose pour améliorer cela".


J’ai ensuite travaillé chez Dalkotech, une entreprise de fabrication de pièce de métal pour gros camions. J’ai été machiniste là-bas durant 4 ans. J’ai appris comment fonctionnait un "tour numérique" sans aucune formation spéciale. Seulement un secondaire 5. J’étais le seul employé de toute l’entreprise qui n’avait pas de formation de machiniste (2 ans d'école et de formation).


Mon salaire était bas, je n’avais pas beaucoup d’argent, les fins de mois étaient difficiles. Je travaillais à la fois chez Dalkotech le jour et au Bar la nuit jusqu’à ce jour, que je vais me rappeler toute ma vie, ou un de mes collègues au travail qui avait environ 20 ans à perdu son pouce lors d’un accident de travail. C’est à partir de ce jour que j’ai décidé de quitter mon emploi chez Dalkotech pour créer ma propre entreprise. Je ne savais pas encore ce que j’allais faire, mais je n’allais certainement pas rester là à travailler pour un salaire de misère et risquer, moi aussi, d’être victime d’un accident de travail.


Je comprends que la population a besoin de travailleurs dans les usines comme partout ailleurs, mais personnellement je n’étais pas heureux, je voulais plus que cela dans ma vie.


Mes compagnies


Micro-Prêts Inc.:


Quand j’ai démissionné de mon emploi, je n’avais plus d’argent, j’ai essayé d'aller à ma banque pour emprunter de l’argent pour payer mon loyer, j’ai essayé plusieurs banques, mais aucune ne voulait me prêter 300$ ou 400$. Je n’avais pas besoin de plus que cela, c’était seulement pour payer mon loyer.


C’est à ce moment que j’ai réalisé que je n’étais surement pas le seul qui avait besoin d’un petit prêt comme cela rapidement. J’ai fait mes recherches et après quelques jours, je n’ai trouvé aucune banque ou compagnie qui accordait des petits prêts. Tout ce qui était disponible était des prêts plus élevés de plusieurs milliers de dollars en allant à la banque.


J’avais mon problème et j’avais la solution! Créer une entreprise qui pourrait autoriser des petits prêts rapidement pour des imprévus sans déplacement.


J’ai travaillé plusieurs semaines à la conception de mon plan d’affaires, j'ai dessiné mon logo, j’ai créé mon site internet, j’ai acheté mon nom de domaine internet. Je travaillais sans arrêt, je ne dormais presque plus.


Mais pour prêter de l’argent, il faut avoir de l’argent et je n’en avais pas! La seule chose que j’avais et qui avait de la valeur était un Jeep Grand Cherokee que j’adorais (5000$). Je n’avais pas le choix, je devais vendre mon Jeep pour pouvoir faire mes premiers prêts et lancer mon entreprise.


J’ai développé et amélioré mon système pendant des mois. C’était compliqué, je n’avais aucune aide et j’étais le seul qui offrait ce service donc je ne pouvais pas "copier" un système qui existait déjà.


Pour faire une histoire courte, j’ai commencé avec un client à qui j’ai prêté 500$ que j’ai été déposé moi-même dans son compte de banque, j’ai ensuite engagé un programmeur quelques mois plus tard pour optimiser la gestion des mes clients, j’ai dû déménager dans la ville de Québec pour avoir accès à des programmeurs plus expérimentés. Mon premier bureau officiel avait 150 pieds carrés, c’était minuscule. 


De 2009 à 2017, j’ai déménagé 4 fois de locaux pour finir dans un local de 10 000 pieds carrés sur 2 étages dans le complexe Lebourgneuf à Québec. Je suis passé de 0 employé à 40 employés. En 2009 je gérais mes clients sur une feuille de cartable, ensuite je suis passé à Microsoft Excel, ensuite à un logiciel comptable et pour finir avec mon propre logiciel conçu sur mesure pour mes besoins par mes programmeurs qui m'a coûté plus de 1 millions $ à concevoir et développer.


L’entreprise était en croissance rapide, pour vous donner une idée, en 2016 nous étions 25 employés et seulement 6 mois plus tard, à l’été 2017, juste avant que l’AMF bloque tout, nous étions 40 employés! Je prévoyais terminer 2017 avec 65 employés au total.


L’entreprise avait plus de 50 000 clients à travers le Québec, nous étions reconnus comme étant l’entreprise de choix pour les besoins urgents d’argent. Évidemment, en 2017 nous n'étions plus les seuls à offrir ce service. Des dizaines d’entreprises offraient la même chose, mais aucune n’avait notre niveau de technologie et service client. Mes 40 anciens employés vous le diraient, nous étions les meilleurs.


La page Facebook de l'entreprise avait à elle seule plus de 46 000 membres : 


https://www.facebook.com/miniprets/ 


Micro-Prêts c’était plus de 50 000 clients à travers le Québec et plus de 12 000 000.00$ de compte recevable.


DL Innov Inc.:


DL Innov était ma compagnie de gestion, la totalité de mes employés travaillait pour DL Innov et ils étaient ensuite attribué à des tâches dans les entreprises que DL Innov possédait. Par exemple, Micro-Prêts appartenait à DL Innov.


Les bureaux de Québec étaient au nom de DL Innov. J’avais créé cette entreprise pour 2 raisons majeures, la première était pour créer une sorte de structure d’entreprise que je croyais bonne à l’époque et la seconde était pour éviter d’avoir des fournisseurs qui auraient comme client Micro-Prêts directement.


Nous étions des compétiteurs directs aux grandes banques et le type d’entreprise n’était donc pas apprécié de ces grandes banques et des fournisseurs. Il était plus facile d’avoir comme client "DL Innov gestion d’entreprises" pour nos fournisseurs que "Micro-Prêts courtier en prêts personnels".


Gestio Inc.:


J’avais plus d’une dizaine de programmeurs qui travaillait uniquement à développer et améliorer mes projets. Le système de gestion que j’avais conçu pour Micro-Prêts était tellement bien fait et facile d’utilisation que je devais le commercialiser. J’ai donc contacté mes compétiteurs pour leur parler de mon logiciel, ce qu’il pouvait faire et surtout le temps énorme qu’ils pouvaient sauver en l’utilisant.


J’ai donc commencé à louer mon logiciel à mes compétiteurs directs. Gestio est devenue une entreprise de conception de logiciel sur mesure. Plusieurs logiciels comptables existent, mais ils sont construits de façon générale. Certaines entreprises avaient des besoins spécifiques pour leur système de gestion client qu’ils ne pouvaient pas avoir avec les grands logiciels comptables.


Gestio les rencontraient, validaient leurs besoins et développais l’application de gestion parfaite pour eux et ensuite il leur louait.


Je vous donne un exemple rapide :


Nous allons rencontrer un Dentiste, nous lui demandons qu’es qu’il avait besoin exactement dans son logiciel de gestion pour facilité son travail. Ils pouvaient nous demander tout ce qu’il voulait. Concevoir un logiciel de gestion ça prend du temps et ça coûte cher, les clients n’avaient pas les moyens de faire développer une application qui auraient facilement pu leur coûter plusieurs centaines de milliers de dollars. Avec nous, c’était gratuit, nous concevions le logiciel parfait pour le client à nos frais et une fois terminer le client louait ce logiciel.


L’avantage? C’est qu’après cela, nous pouvions aller voir toutes les autres compagnies de dentiste et leur louer notre logiciel qui était conçu exactement pour leurs besoins!


FinaOne Inc.:


Micro-Prêts était très populaire, mais le site internet était seulement en Français et nous acceptions seulement les gens du Québec. Plusieurs personnes qui ne demeuraient pas au Québec, mais qui demeuraient au Canada désiraient avoir accès à notre service de prêt personnel.


J’ai donc créé et développé la compagnie FinaOne qui était une copie de Micro-Prêts, mais pour les gens qui ne demeuraient pas au Québec. FinaOne était encore plus évolué que Micro-Prêts, le processus de demande de prêt était simplifié au maximum. J’ai engagé des gens bilingues au bureau et nous avons lancé l’entreprise en 2015.


FinaOne c’était 9000 clients à travers le Canada et 3 millions en comptes recevables


Interaxe Inc.:


Quand on opère une entreprise, on essaie toujours de l’améliorer et de réduire les coûts d’opération. Ce qui coûtait le plus cher dans la gestion de Micro-Prêts et FinaOne c'était le système de prélèvement et dépôt direct. Pour prélever le montant des paiements dans les comptes bancaires de nos clients, nous devions avoir recours à un service de prélèvement direct d’une autre compagnie. Les frais pour ce service étaient exorbitants!


J’ai donc un jour rassemblé mes programmeurs et j’ai dit; on va créer notre propre entreprise de prélèvement direct pour nos 2 compagnies et quand tout fonctionnera bien, on va créer un site internet et on va offrir nos services aux autres entreprises.


En 6 mois, nous avons développé Interaxe, nous étions associés avec une grande banque canadienne, nous étions prêts à offrir nos services! Nous avons commencé avec nos compétiteurs directs en prêt personnel. Notre système était plus avancé, plus rapide et moins cher que la concurrence. Nos clients adoraient!


Interaxe c’était des milliers de transactions de prélèvement et dépôt direct chaque jour.


---


Je n’avais pas fini mon projet en cours que j’avais déjà d’autres projets en tête! J’avais l’équipe de programmeur, j’avais les ressources financières et j’avais l’équipe de gestion pour gérer le projet une fois terminé. J’avais tout ce qu’il fallait pour développer mes propres projets!


Mes programmeurs travaillaient toujours sur 2 ou 3 projets en même temps, je voulais plus, je voulais plus vite, j’engageais, j’agrandissais, j’avais plein d’idée.


Projets / idées


Snakee:


Une application mobile pour préparer d’avance vos commandes à l’auto à vos restaurants favoris. Payer en ligne et passer au restaurant chercher votre commande. Concevez par exemple d’avance votre Subway préféré, partagez votre recette parfaite d’ingrédient de votre sous-marin sur vos réseaux sociaux, calculez vos calories, amassez vos points. Snakee n’a pas eu le temps de voir le jour. Maintenant en 2019, plusieurs restaurants offrent ce service de précommandes en ligne.


Finastars:


Contrôler, vérifier et consulter votre dossier de crédit. Finastars aurait été le logiciel par excellence pour les gens en difficulté financière ou avec une basse cote de crédit.


Finastars n’a pas eu le temps de voir le jour.


FinaScore:


Un système de cote de crédit pour les compagnies de prêt rapide. Les systèmes traditionnels de dossier de crédit au Canada Equifax et Transunion ne tiennent pas en compte les petites transactions faites par les consommateurs.


Avec FinaScore, nous voulions donner un outil aux prêteurs pour leur permettre de consulter le dossier de crédit de leurs clients sans faire de requête à Equifax. Les données dans Équifax sont très lentes à être mises à jour et souvent inutiles.


Avec FinaScore un commerçant aurait pu en quelques secondes consulter l’historique de crédit de son client incluant son historique de "petit prêt" sans avoir à sortir le bureau de crédit de celui-ci et ainsi éviter d'affecter négativement sa cote de crédit.


FinaScore n’a pas eu le temps de voir le jour


Immosky:


Un système de gestion immobilière pour permettre au propriétaire de gérer efficacement leurs locataires, leurs baux, leurs paiements mensuels, leurs demandes, leurs antécédents, etc.


Un logiciel qui aurait sans aucun doute eu un énorme succès!


Immosky n’a pas eu le temps de voir le jour.


PlexCoin:


Je place le projet PlexCoin dans la section "Projets / Idées", car nous n’avons jamais eu la chance de terminer ce projet. Comme mentionné dans mon deuxième témoignage, je ne peux pour le moment parler plus en détail du projet PlexCoin en raison de l’enquête qui est toujours en cours.


Je vous assure qu’un jour, je vais écrire un témoignage complet sur le dossier PlexCoin avec tous les détails, mais seulement quand mon enfer juridique sera terminé.


Ce sont là les idées et concepts dont je me rappelle, toutes leurs images de marque étaient faites, leurs plans d’affaires également, car j’étais la personne qui s’occupait de cela. Leurs conceptions étaient cependant en attente, car mes programmeurs étaient déjà occupés dans mes autres entreprises et projets.


Je suis parti de rien, sans argent pour monter tranquillement mes projets et mon nombre d’employé, j’apprenais en même temps comment gérer une équipe, comment être un patron, comment gérer les finances, les projets, le temps!


Je n’ai aucune formation, j’ai seulement un secondaire 5.


Ce que j’ai par contre, c’est de la détermination et de l’assurance!


Avant 2017 j’avais un site internet personnel ou j’expliquais brièvement en quelques lignes mon parcours et mes entreprises. Sur ce même site, on pouvait y lire 3 citations importantes :


  • La valeur d’une idée dépend de son utilisation
  • Choisis un travail que tu aimes, et tu n'auras pas à travailler un seul jour de ta vie.
  • Pour obtenir ce que vous n’avez jamais eu, vous devez faire ce que vous n’avez jamais fait.


J’ai toujours voulu innover et développer de nouvelles entreprises qui offriraient quelque chose de nouveau ou quelque chose de meilleur. Je suis en arrêt depuis maintenant plus de 2 ans, je ne fais rien sauf tenter de me défendre contre l'AMF et RCGT. Je ne peux plus travailler, je ne peux plus créer de nouveau projet ou lancer d’entreprise.


J’ai perdu 2 ans de ma vie jusqu'à maintenant à cause d’une enquête interminable de l’AMF et RCGT. J’ai perdu toutes mes employées, toutes mes entreprises, tous mes projets et mes idées, tous mes noms de domaine.


J’attends avec impatience le jour où je pourrais recommencer à créer, à développer et recréer une famille avec laquelle je serais heureux d’aller travailler, d’aller innover!


En espérant que la lecture de mes 3 témoignages vous ait éclaircis un peu sur mon enfer juridique, leurs conséquences, mes projets et sur moi-même!


Merci à mon amour de me supporter et de m’encourager, à ma famille et à mes amis également de toujours croire en moi.


Si vous avez des questions ou des commentaires, je mets à votre disposition mon adresse courriel, je vous lirais tous sans exception : 


media.dlacroix@gmail.com


Merci pour votre temps,

Dominic

Pour me joindre

Médias qui parlent de mes témoignages :

28 juin 2019

Dominic Lacroix, PlexCoin, AMF, RCGT, SEC

Cryptonews : Le créateur du Plexcoin aurait passé une entente avec le gendarme américain.

25 juin 2019

Dominic Lacroix, PlexCoin, AMF, RCGT, SEC

Conseiller : Le créateur du PlexCoin dénonce un «enfer juridique».

20 juin 2019

Dominic Lacroix, PlexCoin, AMF, RCGT, SEC

Journal Métro : L’inventeur du Plexcoin lance «un cri du cœur».

20 juin 2019

Dominic Lacroix, PlexCoin, AMF, RCGT, SEC

Journal Métro : Plexcoin : «L’AMF contourne la loi avec Raymond Chabot Grant Thornton».

20 juin 2019

Dominic Lacroix, PlexCoin, AMF, RCGT, SEC

Journal Métro : Dominic Lacroix: «Je ne cherche pas à faire pitié».

20 décembre 2017

Dominic Lacroix, PlexCoin, AMF, RCGT, SEC

Cision : Communiqué de presse - DL Innov rétablit les faits.

Nouvelles

02/10/2019

Dossier fermé - SEC contre PLEXCORPS

Event Details

02/10/2019

Dossier fermé - SEC contre PLEXCORPS

Le dossier juridique entre la Securities and Exchange Commission et PlexCorps est officiellement terminé.


Pour consulter le document officiel de la U.S District Court - Eastern District of New York cliquez sur "document officiel" ci-dessous:


Document officiel

02/10/2019

Entente avec la SEC accepté par le tribunal

Event Details

02/10/2019

Entente avec la SEC accepté par le tribunal

Le dossier avec les États-Unis est maintenant clos. La cour de New York a accepté et entériné ce matin (02/10/2019) l'entente conclue entre PlexCoin et la SEC le 08/08/2019. Ce qui met fin aux ordonnances de blocage émises par la SEC en 2017.


Ce fut un combat très long et difficile, mais qui est maintenant terminé.


Un message provenant de mes avocats des États-Unis pour terminer: "I hope the Canadian process can be brought to a close soon as well, to release the freeze in Canada also."

08/08/2019

Entente avec la SEC

Event Details

08/08/2019

Entente avec la SEC

L’entente avec le personnel de la Securities and Exchange Commission (SEC) que nous avons signée le 25 juin 2019 a été acceptée aujourd’hui le 8 août 2019. Le dossier juridique est donc officiellement terminé aux États-Unis.


Aucune accusation n’a été portée envers Dominic Lacroix dans ce dossier.


Nous sommes heureux que cette entente ait été approuvée, entente dans laquelle nous avons coopéré pour nous assurer que les acheteurs américains de PlexCoin soient éligibles à recevoir leur remboursement de la SEC.